Les pages

13 juin 2016

Katerine





Katherine


On l'aura compris je n'ai pas de prénom commençant par la lettre K, mais dans l'ancien Comté de Montbéliard, parfois Frédéric peut se décliner avec un "ch" ou un "ck" à la fin .... Quant aux Katherine .... Cela se rencontre aussi

Nous sommes à Aibre en 1734, Catherine Elisabeth  PARROT veuve de  Pierre PILLARD adresse une requête auprès de Son Altesse Sérénissime, en faveur de Léopold Frédérich PILLARD , son fils, pour qu' il soit affranchi de la condition taillable corvéable :

A son altesse sérénissime mgr Charles Alexandre le duc régnant du Wurtemberg .....

supplie en toute humilité et avec un très profond respect Catherine Elizabeth PARROT veuve de feu Pierre PILLARD d'Aibre de votre altesse sérénissime la très humble et très obéissante sujette et servante et dit

Que feu son mari étant venu à mourir lui avait laissé trois fils orphelin dans un âge fort tendre l'un desquels nommé Léopold Frédérich PILLARD selon toute apparence ne résidera jamais à la campagne mais sera obligé de s'établir dans la ville de Montbéliard puisque s'étend voué au négoce  il y a été élevé dans la boutique  d'un marchand  où il a eu le bonheur par les soins du sieur son maître de si bien réussir qu'il sera un jour en état d'être utile à la société publique en et peut-être même à votre altesse sérénissime s'il pouvait arriver un jour qu'elle se trouvât  dans les  dispositions gracieuses de l'honorer de quelques emplois ou dans ses recettes ou sur les forges ou ailleurs
Mais comme pour s'établir dans cette ville il serait dans une obligation indispensable d'en acquérir le droit de bourgeoisie étant hors d'état de pouvoir se le procurer s'il n'est pas au préalable relevé et affranchi de la condition et de la sujétion taillable et corvéable dans laquelle il est né et qu' il doit à  votre altesse sérénissime par le droit de sa naissance
La très humble suppliante de prendre la liberté de recourir à la grâce et à la clémence si reconnue de votre altesse sérénissime pour la supplier comme elle l'a supplie très humblement de vouloir bénignement gracieusement accorder cet affranchissement a son dit  fils pour lui et pour les siens en quelques endroits des terres de votre gracieuse domination où il puisse s'établir
Dans l'espérance où elle est que votre altesse sérénissime favorisera de ce bénin effet de sa grâce une pauvre veuve et un pauvre orphelin tous deux si peu accommoder des biens du monde que ce n'est pas la peine de dire qu'ils en ayent :  ils font tous deux des vœux très ardents et très sincères tant  pour la santé et la longue vie de votre altesse sérénissime que pour l'heureux succès de tous ses glorieux projets
Fait  à Montbéliard le 20 janvier 1734
Catherine Elizabeth PILLARD née PARROT


source :  
CARAN
Archives de la Principauté de Montbéliard

Aibre  K 2216 - 1

Je n'ai pas recherché ce qu'il était devenu ....

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour vos commentaires