Les pages

27 septembre 2015

frères ? Probablement cousins germains ...

Je suis restée à Audincourt, mais j'ai quitté les registres paroissiaux pour les archives du CARAN à propos des PARROT, déjà évoqué dans le ChallengeAZ.

Plusieurs requêtes auprès de SAS sont faites pour confirmation de leur franchise... Voici celle du mois de Mars 1771 :


Les PARROT  d'Audincourt, pour confirmation de la franchise

   Très humble avis du conseil de régence à Montbéliard du 27 mars 1771


Sérénissime Duc
Très Gracieux Prince et Seigneur

Les suppliant de la requête jointe ici sous le numéro 29 ne formentqu' une mince  partie des prétendants aux franchises des PARROT, tous seux de ce nom domiciliés dans les villages d' Exincourt et d'Audincourt réclament le même ... et les mêmes privilèges.
Jean Parrot tisserand à Montbéliard fils d'un Jean PARROT originaire de Exincourt est celui qui doit leur avoir transmis leurs franchises.
Le titre qu'ils en produisent et une lettre d'affranchissement en date du 1er septembre 1562 donnée par les sérénissime tuteurs et curateurs testamentaires du sérénissime comte Frédéric audit Jean PARROT de Montbéliard pour six écus d'or en juterprétation et  confirmation des franchises accordées à son père par le sérénissime duc Ulrich de Wurtemberg.
Ces franchisse consistaient dans l'exemption de toutes servitudes et  sujétions, tailles, corvées, charrois, rouage, vente, eminages et généralement de toutes charges quelconques. L'acte d'affranchissement de 1562 qui les confirme, porte encore en faveur du dit PARROT et de sa postérité la concession de toutes les libertés et immunités dont jouissent les bourgeois de Montbéliard.
Le procureur général à qui le tout a été communiqué,  nous a fait connaître, par son avis joint  ici, que les suppliants avaient prétendu en 1762 être exempté en vertu de l'acte d'affranchissement énoncé, de payer à la recette  des Eéglises de ce pays les coupots de l'Eglise et les mêmes droits en argent qui incombent aux autres sujets d'audincourt, mais que dès lors ils s'y étaient soumis et il y avaient satisfait sur  le pied qu'ils font  tirer au carnet de cette recette.
Quant à l'exemption des charges seigneuriales il estime qu'elle peut être confirmée en faveur de ceux qui se sont maintenus dans la possession du droit de bourgeoisie de Montbéliard en payant les charges de la ville et qui résidant même temps dans des maisons de franchise pour  raisons des  meix et héritages francs ...  seulement, dont ils seront obligés de fournir une spécification et  reconnaissance dûment attestés.
Pour nous procurer les éclaircissements que cet avis laisse encore à  désirer, nous avions ordonné aux suppliants de nous représenter la lettre d'affranchissement donné par le duc Ulric  au nommé Jean PARROT , dont ils se disent leurs descendants et de nous remettre ... spécifique des pièces de terre qu'ils possèdent dépendant de la franchise, en faisant ... par des extraits baptistaires de leur descendance en progression jusqu'à ce jour ; mais ils n'ont pu satisfaire à aucune de ces demandes ; nous l'avons recherché instilament  dans nos deux archives nous n'y avons trouvé que la lettre de confirmation de 1562 que les suppliants ont produite en copie.
La confusion des terres dans le village d'Audincourt mis parti entre le comté de Montbéliard et la seigneurie de Blamont et est alléguée de leur part comme un obstacle à la reconnaissance  actuelle des fonds qui dépendent de cette franchise dans la plupart sont d'ailleurs situsé dans le ban d' Exincourt ; des suppliants ignorent même s'ils en possèdent. Quant preuve de leur descendance, ils n'ont pu également des fournir attendu que les registres baptistaires de la paroisse sont postérieurs à l'acte d'affranchissement sur lequel ils fondent leur demande ;
Indépendamment de cette déclaration qu'il suffirait pour  éconduire les suppliants,  leur qualité de bourgeois forains les assujettirait  toujours aux droits d'éminage et de vente dont les seuls bourgeois résidants cette ville sont exempts. Les  corvées, quartes de four et autres droits seigneuriaux n'ont rien de commun avec le droit de bourgeoisie. Quand ils l'auraient conservé  payant régulièrement les charges de la ville ils n'y seraient pas moins tenus dès qu'ils ne pourront. point faire compter de la franchise des dites  maisons qu'ils occupent et les terres qu'ils possèdent.
Dans ces circonstances nous pensons sérénissime  duc que les suppliant ne peuvent quant à présent être écoutés favorablement sauf à eux à se mettre en état de fournir les preuves nécessaires pour obtenir la confirmation des franchises qui fait l'objet de leur demande.
Nous sommes avec le plus profond respect
Sérénissime duc

Très gracieux Princes et Seigneurs
De votre Altesse Sérénissime

Les très humble et très obéissants et très fidèles serviteurs
Les gouverneurs, président, vice président et conseillers de la régence à Montbéliard

Accompagnant la requête, la liste des PARROT suppliants :


Noms des PARROT  ( Le 4 mars 1771 )



fils de Pierre PARROT serrurier
  Louis PARROT, maire adjoint
   Jacques PARROT
 fils et petit fils de Gabriel
Jean PARROT, ancien, fils de Gabriel
Gabriel PARROT fils du dit Jean
Jacques , fils de Jacques PARROT
Jean PARROT, aussi fils de Jacques
Louis, fils de Pierre PARROT
 Fils et petit fils de Pierre PARROT
Daniel PARROT
Caspard fils de Daniel
Gabriel fils de Daniel
Jean Christophe PARROT
Jean fils du dit J Christ
David PARROT
fils de Jacques PARROT ancien
François PARROT
La veuve de David PARROT ancien



Ont déclaré qu'ils descendaient tous de Jean PARROT premier qui a obtenu la franchise, dont ils ne peuvent prouver la descendance, le registre baptistaire étant postérieur à la date de leur lettre de franchise, ils n'ont point d'autres lettres de franchise que celle qui leur fut donné en 1562 par les tuteurs et curateurs du Prince Frédéric confirmations des premières qu'ils ignorent si les terres qu'ils possèdent au Ban d'Audincourt dépendent de cette franchise, les dites terres étant toutes situées à Exincourt et qu'ils avaient régulièrement payé jusqu'aujourd'hui toutes les redevances annuelles
dues à la Ville comme d'autres bourgeois

Les cases colorées sont les suppliants : 



J'ai donc retrouvé tout mon monde et cela me rappelle que des onze enfants du couple Léonard PARROT et Henriette THEVENIN, je n'ai pas trouvé la naissance de deux d'entre eux ... Et évidemment ce sont eux qui sont mes ancêtres. Il s'agit de Jacques et de Jean PARROT.
Le dossier des affranchissements ne m'aidera guère plus, il est tard, le plus sage est d'éteindre l'ordinateur.

Le dénombrement de 1662

Une insomnie me fait le rallumer vers deux heures du matin, et je redécouvre un dossier nommé 1662 ... Avec en sous-dossier  plusieurs noms de villages du Comté de Montbéliard, dont Audincourt. Je n'en possède des fragments, cela concerne probablement plusieurs villages du Comté .. , il s'agit d'un dénombrement des personnes en septembre ou octobre 1662,  indiquant :
  • la composition familiale
    • les noms et prénoms âge du chef de famille, parfois la profession
    • nom et prénom de l'épouse,
    • nombre d'enfant et âge.
  • Puis si ils possèdent
    • une maison,
    • les terres les semences etc ...
Avant l'énumération des familles est établi une sorte de bilan de la paroisse,

je relève 11 familles à Audincourt, dont deux PARROT, Léonard et Guyon avec leurs épouses respectives. Et pour Guyon je lis : 

"Guyon PARROT, cordonnier âgé de 42 ans, marié à Elisabeth GROSRENAUD, a 4 enfants  , trois fils de 8, 4 et ... , la fille de 5 ans"

La fille c'est Judith, Nicolas et André, deux fils mais il m'en manque un ...âgé de 8 ans ...

Pour Léonard, je lis 
"Léonard PARROT, tisserand gé de 30  ans, marié à Henriette THEVENIN, a 3 enfants, un garçon de 10 ans , les filles de 7 et 3 ans"

 Le garçon de 10 ans c'est probablement Jacques , mais j'ai un garçon en trop, puisque les deux autres enfants sont des filles. 

Pour Jacques cela se vérifie par son acte de décès

 

 Pas de preuve mais ...


Jean ne semble pas être le fils de Léonard, plus probablement celui de Guyon PARROT
Je n'en serais assurée que le jour où je trouverais un contrat de mariage ou autre acte notarié (testament ...).

Pour le moment je quitte la généalogie pour ce dimanche après midi et je reviendrais sur le sac de noeud des PARROT un peu plus tard...

_________________________________________________________________________

sources :
Dossier d'affranchissement au CARAN : K2216-1
Dénombrement de 1662 AD25 EPM ....
Registres paroissiaux Audincourt : archives municipales d'Audincourt

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour vos commentaires